Dr Henry Joseph, un Guadeloupéen qui innove dans un milieu traditionnel

Dr Henry Joseph, un Guadeloupéen qui innove dans un milieu traditionnel

Déclaré homme de l’année à plusieurs reprises par des journaux guadeloupéens, pharmacien, docteur en pharmacognosie, et cofondateur des laboratoires Phytobôkaz, le Dr Henry Joseph sera l’un des speakers du tout premier TEDxPointeàPitre.

Lors du brainstorming de l’équipe dédié au choix des speakers, son nom a été l’un des premiers évoqués, tant son parcours, ses combats et son implication dans la vie guadeloupéenne sont inspirants. Focus sur trois raisons qui prouvent que le Dr Henry Joseph est un Guadeloupéen vertical qui nous veut du bien. 

C’est un fervent défenseur du « régime caribéen »

Un des paradoxes d’un territoire comme la Guadeloupe, c’est de jouir d’une richesse naturelle – et donc nutritionnelle – exceptionnelle et, en même temps, d’importer plus de 80% de l’alimentation. De facto, les aliments consommés par les Guadeloupéens sont pour la plupart industriels, raffinés, et avec un fort indice de glycémie, favorisant le surpoids, l’obésité et le diabète, maladies de plus en plus meurtrières sur l’île.

Pour le Dr Henry Joseph, ce constat ne doit pas être une fatalité. Depuis des années, il ne rate aucune occasion (conférences, médias, ateliers, etc.) de faire de la pédagogie dans ce sens. Pour lui, les Guadeloupéens doivent s’orienter vers une alimentation et une hygiène de vie plus saines en favorisant ce qu’il appelle le « régime caribéen », avec des produits locaux :

  • « Consommer des aliments à Indice Glycémique bas (ex: pòyò, patate douce, malanga),
  • Consommer des fruits riches en vitamines et en antioxydants (acérola dite cerise pays,etc.),
  • Consommer du poisson,
  • Avoir une activité physique quotidienne (ex: faire son jardin, un trajet à pied ou nager) »,
    préconise le Dr Henry Joseph sur le site de PhytoBòkaz. 

Il a milité pour faire intégrer des plantes caribéennes et réunionnaises à la pharmacopée française

La Caraïbe et les territoires ultramarins français regorgent de plantes aromatiques et médicinales que les anciens ont intégré à leurs pratiques pharmaceutiques et médicinales dites traditionnelles. Un savoir-faire qui s’est transmis de génération en génération, grâce à une oralité très forte sur nos territoires.

En France, jusqu’au début des années 2000, peu de ces plantes originaires de territoires pourtant français, et aux vertus attestées par des études, figuraient dans la pharmacopée « officielle ».

Alors, avec l’Association pour les Plantes Médicinales et Aromatiques de Guadeloupe (APLAMEDAROM), le Dr Henry Joseph, en compagnie du Dr Jacques Portecop, entre autres scientifiques et spécialistes, s’est livré à une véritable bataille juridique, médiatique, et a mené d’intenses actions de lobbying afin de faire reconnaître ces richesses par la France. C’est ainsi qu’après plus de 12 ans de combat, ce sont pas moins de 46 plantes de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion qui ont été autorisées dans la pharmacopée française. Désormais, pour les scientifiques ultramarins, accoutumés à l’utilisation auparavant informelle de ces plantes, c’est un boulevard d’innovation technologique et pharmaceutique qui s’ouvre, même si la route reste encore longue, puisque plusieurs centaines de plantes doivent être encore reconnues.

Avec les laboratoires Phytobôkaz, il innove et encourage la valorisation des plantes locales

Profondément ancré dans cette tradition médicinale caribéenne, le Dr Henry Joseph est aussi un scientifique pour qui l’innovation doit servir à valoriser les ressources locales. Dans cette logique, en 2005, il a créé, avec le Pr Paul Bourgeois, les laboratoires PhytoBôkaz, qui non seulement fabriquent localement des produits à partir de plantes médicinales ultramarines, mais qui ont aussi créé des emplois qualifiés et participent aussi à la diversification des activités agricoles. Et, afin de maintenir leur niveau d’exigence sur l’innovation, les laboratoires PhytoBôkaz déposent des brevets et financent des thèses sur les plantes locales susceptibles d’être valorisées.

Il faut l’avouer, le titre de la présentation du Dr Henry Joseph a largement été inspiré par la rencontre « Time2Link » organisée pour la toute première fois en Guadeloupe, avec pour thème « Innover en milieux traditionnels ». Et le Dr Henry Joseph en était l’un des invités. Là, notre speaker a fait la démonstration que « les richesses naturelles de la Guadeloupe sont une source de création inépuisable ».

Partager son savoir tout en valorisant nos richesses naturelles, avec une extrême générosité et disponibilité, c’est aussi l’une des qualités qui nous ont convaincu que le Dr Henry Joseph sera un grand speaker à TEDxPointeàPitre.

Phytobôkaz sur internet : le site, la page sur Facebook, le profil (@Phytobokaz) sur Twitter.


One thought on “Dr Henry Joseph, un Guadeloupéen qui innove dans un milieu traditionnel

  1. J’aie un kolatier sur mon terrain qui donne beaucoup est-ce que cela vous intéresse et son usage cordialement et merci encore de votre réponse ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *